REDUCTION-MAMMAIRE-TUNISIE Medicalys

Alors que la chirurgie d’augmentation du volume des seins séduit de nombreuses femmes, la réduction mammaire en Tunisie répond à une problématique bien distincte. Les poitrines opulentes n’ont pas un intérêt absolu et il peut arriver que l’on décide d’en réduire le volume.

L’hypertrophie mammaire peut se caractériser par un développement excessif de la glande mammaire. Il en résulte alors une gêne dans la vie quotidienne. Nombreuses sont les femmes pour lesquelles courir est une impossibilité, monter les escaliers une corvée et s’habiller une source d’anxiété.

La solution qui permet de les soulager existe et comporte des phases précises et distinctes. Avant de s’y pencher, il convient de s’intéresser en détail à ce qu’est une chirurgie de réduction mammaire en Tunisie.

Sejour tunisie

Qu’est-ce que c’est ?

En évoquant la réduction mammaire en Tunisie, il faut entendre en premier lieu une opération de chirurgie esthétique dont l’objectif est de diminuer le volume des seins.

Cette intervention comprend un second volet de reconstruction mammaire caractérisé par un lifting des seins destiné à harmoniser leur forme avec le reste de la silhouette, le tout pour un effet plus léger, neuf et jeune.

Bien qu’il s’agisse en partie d’un retrait de graisse excessive, la mammoplastie se distingue d’une simple lipoaspiration par le retrait simultané d’une partie de la glande et un lifting, le tout menant à une atténuation des douleurs dorsales et annexes.

A qui s’adresse l’intervention ?

Encore appelée mammoplastie de réduction, la réduction mammaire en Tunisie est une opération destinée aux femmes dont la poitrine présente un volume gênant pour elles. Un grand volume mammaire est souvent accompagné de douleurs dans la partie supérieure du corps :

  • Le cou ;
  • Le dos ;
  • Les épaules.

Lorsque le volume des seins est trop grand au regard de la morphologie de la patiente, l’on est en présence d’une hypertrophie mammaire. Ce phénomène est généralement associé à une ptôse ou chute des seins.

A l’instar de nombreuses autres hypertrophies, celle des seins peut être :

  • Primaire et donc résulter du développement pubertaire ;
  • Secondaire en résultat d’une prise de poids ou d’une ou plusieurs maternités.

L’option pour une réduction mammaire en Tunisie ou ailleurs est un choix personnel qui appartient à la patiente, peu importe son âge, tant qu’il n’existe pas de contre-indication et qu’elle a plus de 18 ans. C’est en effet l’âge auquel le développement mammaire atteint son apogée.

L’intervention est toutefois particulièrement indiquée lorsque :

  • Le volume excessif des seins affecte la qualité de vie et complique les tâches quotidiennes ;
  • La chute des seins est marquée ;
  • Il survient une déformation de la colonne vertébrale en conséquence ;
  • Les douleurs dorsales, cervicales et de l’épaule deviennent récurrentes et fréquentes ;
  • De cette hypertrophie mammaire découle une importante gêne psychologique ou dans les capacités à s’habiller.

Réduction mammaire et grossesse

Est-ce possible d’allaiter suite à une réduction mammaire ? C’est une question qui revient fréquemment et dont la réponse est variable.

En effet, au cours de la réduction mammaire, il est possible que survienne une section plus ou moins complète des canaux galactophores qui conduisent le lait au mamelon. Allaiter après une réduction mammaire dépendra alors du volume de glande à enlever et de la reconstruction mammaire à traiter.

C’est la raison pour laquelle il est conseillé d’en finir avec la maternité avant d’envisager une réduction mammaire en Tunisie. De surcroît, l’esthétique du résultat sera conservée plus longtemps si aucune grossesse ne survient après la réfection des seins.

Des consultations et des photographies

Les consultations sont le point de départ d’une opération de réduction mammaire en Tunisie. Au cours de la première, le médecin se renseigne quant aux antécédents médicaux afin d’évaluer le risque de survenue de complications.

C’est l’occasion pour lui d’analyser la poitrine de la patiente et de discuter de ses attentes. Tout en tenant compte de la morphologie en présence, les échanges sont relatifs au volume souhaité et à la forme attendue.

La patiente est ensuite éclairée quant à la procédure, à son déroulement ainsi qu’aux examens préalables comme la mammographie qu’il est nécessaire de pratiquer. Le chirurgien décrit la méthode à employer et explique les cicatrices qui pourraient en résulter.

Des photos de la poitrine initiale sont réalisées pour servir d’élément de comparaison aux résultats après l’opération. Une consultation avec l’anesthésiste est également prévue afin de discuter des modalités d’endormissement et de déceler toute contre-indication éventuelle.

Des consignes médicales

Afin de limiter la survenue des risques de mauvaise cicatrisation, les consignes sont similaires à celles prescrites pour la plupart des chirurgies :

  • Il est fortement recommandé d’arrêter toute consommation de tabac au cours des mois précédant et suivant l’intervention afin de pallier à la survenue de nécrose tissulaire ;
  • Arrêter la prise d’aspirine ou tout autre anti-inflammatoire dans les dix jours précédant l’opération ;
  • Arrêt de la consommation d’alcool 2 jours avant l’intervention ;
  • Eviter d’appliquer des crèmes sur les seins ou dans des zones annexes ;
  • Eviter de consommer des aliments solides ou semi-solides à partir de minuit le jour de l’intervention et liquides quatre heures avant l’opération.

La procédure

Tout d’abord, le chirurgien s’intéresse à la masse graisseuse : il commence par le retrait de l’excès de graisse, de peau ainsi que de glande. Bien entendu, les incisions à effectuer varient en fonction de la taille initiale de la glande et de la taille visée à la fin de la réduction.

L’intervention implique une incision autour de l’auréole tandis qu’une autre fait le pont entre cette dernière et le pli du sein. Cependant, il est parfois nécessaire de procéder à une dernière incision horizontale dans le pli du sein.

Le chirurgien retire la partie qu’il souhaite ôter et réduit l’auréole pour l’adapter au nouveau volume de la glande. Le mamelon est remonté et un arrangement de la peau est réalisé afin d’offrir à la nouvelle poitrine un aspect jeune et tonique.

Un drain est alors posé pour recueillir l’excès de sécrétions biologiques ; il est retiré dans les 2 jours qui suivent.

Le type d’hospitalisation

Au vu de la nature du travail à effectuer, l’opération de réduction mammaire en Tunisie se réalise sous anesthésie générale. Sa durée est généralement de 2 à 3 heures en fonction de la quantité de la glande à enlever et de la reconstruction envisagée.

Le plus souvent, il s’en suit une hospitalisation d’une à deux journées selon l’état de la patiente.

Pourquoi choisir la Tunisie ?

Le développement du tourisme esthétique en Tunisie est bien la preuve que la chirurgie esthétique y est aujourd’hui un domaine d’excellence et de fierté nationale.

Experts dans tous types de chirurgie, comme dans la réduction mammaire, les spécialistes exerçant en Tunisie offrent des services équivalents à ceux proposés en Europe pour un coût bien plus accessible.

Les cicatrices

Après l’opération, la patiente doit conserver un pansement pendant 24 heures. Des troubles de la sensibilité de l’aréole peuvent survenir mais ces effets sont transitoires et ne devraient pas faire l’objet d’une inquiétude.

Dans le cas de la réduction mammaire en Tunisie, contrairement à d’autres types d’opérations chirurgicales, le risque de persistance d’une cicatrice est plus grand.

Autour des deuxième et troisième mois après l’intervention, les cicatrices produites au cours de l’intervention peuvent rougir, preuve qu’un processus d’inflammation est enclenché. Ce phénomène est généralement de courte durée et disparaît au bout de quelques semaines.

La période de convalescence

A la fin de l’opération et après quelques jours d’hospitalisation, la patiente peut quitter l’hôpital. Elle devra respecter quelques règles temporaires :

  • Prendre des antidouleurs ainsi qu’un relaxant ;
  • Porter de façon permanente un soutien-gorge de contention ;
  • Eviter de trop solliciter ses bras ;
  • Dormir sur le ventre ou le dos ;
  • S’abstenir de conduire un véhicule durant au moins une semaine ;
  • Se soumettre à un traitement de prévention de la thrombose veineuse.

Une ou deux semaines de repos sont recommandées pour la convalescence après une réduction mammaire en Tunisie, en fonction du métier exercé. Quant au sport, il faudra attendre que la cicatrisation soit achevée pour l’envisager. Cela implique parfois une abstention de 30 à 60 jours.

Suites opératoires Medicalys Tunisie

La forme des seins

Il faudra attendre au moins 2 mois pour apprécier ce que l’opération a permis de réaliser. Lorsque le gonflement s’estompe, une vue plus claire du travail effectué se dessine et l’on peut alors évaluer la forme du nouveau sein.

Après une réduction mammaire en Tunisie, le sein conserve sa sensibilité aux variations hormonales sans oublier celles du poids. Il est important de noter que son aspect naturel n’est pas altéré.

La qualité de vie

Une meilleure estime de soi fait partie des résultats attendus. Le but de cette intervention étant de réduire le volume de la poitrine, c’est avec ravissement que la patiente peut s’habiller selon ses envies et non plus selon sa morphologie.

De même, elle sera débarrassée de l’ensemble des inconforts et des incapacités précédemment provoquées par l’hypertrophie mammaire. Son port général est amélioré et les tâches quotidiennes sont facilitées.

Le résultat définitif

Comme pour la plupart des chirurgies de cette ampleur, les résultats dépendent des capacités de cicatrisation du corps et ne peuvent être jugé qu’un an après l’intervention. Une certitude demeure : la réduction mammaire en Tunisie permet d’avoir une apparence bien plus harmonieuse.

Réduction mammaire
Réduction mammaire

Opérations

Prix

Séjour

Prix Réduction mammaire

2190 € 3 jours et 2 nuits


Devis en ligne gratuit et
sans engagement