Les différentes techniques de mastectomie

Une mastectomie est l’intervention chirurgicale d'ablation complète du sein. Très difficile à vivre pour les patientes devant y avoir recours, tant sur le plan physique que psychologique, cette chirurgie du sein est aussi source de nombreuses interrogations. En effet, il existe différentes techniques de mastectomies qui interviennent dans des contextes variés et offrent différentes options aux patientes en matière de reconstruction mammaire. Medicalys vous propose de vous présenter en détail les tenants et aboutissants d’une mastectomie afin que vous puissiez aborder plus sereinement cette opération chirurgicale associée à une maladie effrayante et qui touche profondément à un symbole de la féminité.


Découvrez toutes les informations clés sur la mastectomie


La mastectomie, que l’on désigne aussi par exérèse du sein, est une épreuve éprouvante pour les femmes devant en bénéficier. Et pour cause, elle intervient dans un cadre médical, afin d’écarter une maladie qui fait peur, mais aussi parce qu’elle vise à supprimer le sein qui est considéré comme l’essence même de la féminité. Pour autant, ces dernières années, les différentes techniques de mastectomie ont beaucoup progressé et permettent aujourd’hui aux patientes d’obtenir des résultats très satisfaisants tant d’un point de vue médical qu’esthétique. Pour vous aider à mieux appréhender cette chirurgie du sein, Medicalys vous invite à découvrir tous les aspects de la mastectomie. Suivez le guide ! 

 

En quoi consiste une mastectomie ?


Une mastectomie est une opération chirurgicale lourde visant à supprimer l’intégralité du sein. Une chirurgie mammaire non conservatrice se déroule systématiquement sous anesthésie générale et implique le retrait dans son intégralité de la glande mammaire ainsi qu’une plus ou moins grande quantité de peau. Elle est nécessaire dans un tiers des cancers du sein, lorsqu’elle est envisagée de façon curative, afin d’éliminer une tumeur d’une taille importante pour laquelle un traitement conservateur n’est pas indiqué, ou de façon préventive, pour écarter un risque de cancer.

 

A qui s’adresse à une mastectomie ?


On distingue deux profils de patientes devant bénéficier d’une mastectomie : les patientes souffrant d’une tumeur et les patientes présentant de fortes prédispositions génétiques au cancer du sein. 

Dans le détail, une mastectomie curative est préconisée lorsque la taille de la tumeur rencontrée par la patiente est importante et que cette dernière présente des particularités. Généralement, c’est d’ailleurs plus le volume que la malignité de la tumeur qui impose la mastectomie. Une tumeur cancéreuse infiltrant de plus de 3 cm, une tumeur profonde, des tumeurs multifocales, avec au moins deux nodules cancéreux, sont ainsi, dans la majorité des cas, synonymes de mastectomie. Une mastectomie curative est également indiquée en traitement de seconde intention à des femmes présentant une récidive de cancer du sein préalablement traité par chimiothérapie. 

Une mastectomie peut également être réalisée de façon préventive. Elle s’adresse alors aux patientes porteuses du gène BRCA1 ou BRCA2 (Breast Cancer Antigen) qui ont, en raison de cette mutation génétique, un risque de cancer du sein de 80%.  En bénéficiant de cette chirurgie non conservatrice du cancer, lourde mais très efficace, elles réduisent ce risque à environ 6%. 

 

Quels sont les différents types de mastectomie ?


Les différentes techniques de mastectomie ont beaucoup progressé ces dernières années ce qui a permis de rendre cette intervention moins difficile pour les patientes. Les suites opératoires sont ainsi plus douces et l’aspect esthétique est mieux pris en charge.  Dans le détail, on distingue trois grandes techniques de mastectomie : la mastectomie classique, la mastectomie avec conservation de l’étui cutané et la mastectomie avec conservation de l’aréole et du mamelon

 

La mastectomie classique


La mastectomie classique, sans conservation de l’aréole et du mamelon, est la technique la plus ancienne et aussi la plus utilisée. Et pour cause, elle écarte avec beaucoup d’efficacité les risques de récidive du cancer du sein. Concrètement, elle consiste à retirer la glande mammaire ainsi qu’une importante quantité de peau au niveau de la poitrine. Le mamelon et l’aréole sont également supprimés. Néanmoins, elle ne permet pas de reconstruction mammaire immédiate. En revanche, cette dernière peut être envisagée, dans un second temps, si la patiente le souhaite. Par ailleurs, pour l’aspect esthétique, à la suite de l’intervention, l’obtention d’une paroi thoracique plane permet la mise en place d’une prothèse mammaire externe dans les sous-vêtements. 

 

La mastectomie avec conservation de l’étui cutané


La mastectomie avec conservation de l’étui cutané est la technique chirurgicale rencontrant le plus de succès auprès des patientes. Néanmoins, toutes ne sont pas de bonnes candidates pour cette option. Dans le détail, cette technique chirurgicale consiste à procéder, dans le même temps opératoire, au retrait de la glande mammaire et à la reconstruction du sein. Le chirurgien veille donc à conserver un maximum de peau du sein afin d’offrir à la patiente le résultat le plus esthétique et naturel possible. Selon les statistiques, cette technique de mastectomie n’implique pas plus de risque de développer un nouveau cancer du sein qu’une mastectomie classique. 

 

La mastectomie avec conservation de l’aréole et du mamelon


La mastectomie avec conservation de l’aréole et du mamelon est la technique la plus récente mais aussi la plus conservatrice. Il s’agit donc de la technique offrant les meilleurs résultats sur le plan esthétique. En revanche, le recul sur cette dernière étant moins important que sur les deux précédentes techniques, il est difficile d’affirmer qu’elle écarte de façon équivalente les risques de récidive du cancer du sein. En ce qui concerne l’aspect technique, avec cette méthode chirurgicale, le chirurgien conserve l’intégralité de la peau du sein, l’aréole et le mamelon et procède dans le même temps opératoire à une reconstruction mammaire. 

 

Découvrez tous les détails techniques concernant la mastectomie


Vous connaissez à présent les différentes techniques de mastectomie mais cette opération chirurgicale, qui constitue une lourde épreuve n’en demeure pas moins un grand mystère. Et pour cause, de nombreuses questions restent en suspens, à l’instar de son déroulement, de ses suites opératoires ou encore des possibilités de reconstruction mammaire à la suite d’une mastectomie. Medicalys vous invite à découvrir la réponse à toutes ces réponses.   

 

Comment se déroule une mastectomie ?


La décision d’une chirurgie du sein non conservatrice, ou mastectomie, est toujours prise lorsque le corps médical juge qu’un traitement conservateur du sein comporte un risque trop important de récidive. La patiente est alors reçue par le chirurgien qui lui explique tous les détails de la chirurgie et lui prescrit des examens, à l’instar d’un électrocardiogramme ou d’examens sanguins. Le jour J, lors de l’intervention, le chirurgien prélève les ganglions lymphatiques dans l’aisselle afin de les analyser pour déterminer si le cancer est resté localisé ou s’il s’est étendu. En fonction des résultats, le chirurgien peut se limiter au retrait du ganglion sentinelle, qui est le premier maillon étant atteint par le cancer, soit il procède à un curage axillaire qui implique le retrait de 10 à 20 ganglions lymphatiques.

Dans certains cas, la chirurgie du sein non conservatrice doit être suivie d’une radiothérapie ou d’une chimiothérapie. L’opération se poursuit par le retrait de toute la glande mammaire. En ce qui concerne la quantité de peau retirée, cela dépend du type de cancer et de la technique utilisée. Dans le cadre d’une mastectomie classique, elle est importante. En revanche, dans le cadre d’une mastectomie avec conservation de l’étui cutané ou une mastectomie avec conservation de l’aréole et du mamelon, elle est plus modérée et est suivie par une reconstruction mammaire immédiate. Il est important de noter que la reconstruction mammaire immédiate peut intervenir même si des traitements tels que la chimiothérapie ou la radiothérapie sont prévus. 

 

Quelles sont les suites opératoires d’une mastectomie ?


Une mastectomie est une chirurgie lourde qui implique des suites opératoires relativement difficiles pour les patientes, qui sont toutefois moins douloureuses que par le passé. Concrètement, de nos jours, lors de l’intervention, l’anesthésiste effectue une anesthésie loco-régionale par un bloc nerveux afin de diminuer les douleurs post-opératoires et donc la quantité des médicaments antalgiques prescrits à la suite de l’intervention. Par ailleurs, une douleur d’origine neurologique au niveau de la paroi du thorax et du creux de l’aisselle peut subsister après un curage ganglionnaire associé. C’est la raison pour laquelle il est essentiel de procéder à une rééducation du bras dès le lendemain de l’intervention. Toujours sur le plan pratique, lors d’une mastectomie, un drain est systématiquement posé afin de drainer les sérosités inflammatoires. Il sera retiré en fonction de la quantité de lymphe recueilli dans les récipients prévus à cet effet. Enfin, après une mastectomie, des bleus peuvent faire leur apparition au niveau de la peau du sein opéré. Un changement de couleur de la peau peut également être observé mais c’est tout à fait normal et il ne faut pas s’en inquiéter. 

 

Comment reconstruire un sein après une mastectomie ?


Lors d’une mastectomie avec conservation de l’étui cutané ou lors d’une mastectomie avec conservation de l’aréole et du mamelon, une reconstruction mammaire est réalisée dans le même temps opératoire. Elle consiste généralement à poser des prothèses mammaires en silicone. En revanche, dans le cadre d’une mastectomie classique, la reconstruction mammaire est envisagée dans un second temps. Elle implique ainsi de patienter au minimum 6 mois entre chaque chirurgie mammaire, ce qui porte le délai moyen pour obtenir le résultat final à 18 à 24 mois car trois chirurgies mammaires principales sont nécessaires pour arriver à un résultat satisfaisant après une mastectomie totale. 

Sur le plan pratique, différents types de reconstruction sont possibles pour redonner à la poitrine une apparence satisfaisante. On distingue ainsi la méthode la plus classique, la mise en place de prothèses en silicone sous le muscle ou sous la peau mais aussi la mise en place de lambeaux de peau avec de la graisse ou avec ou sans muscle pris sur le ventre ou dans le dos. Un lipofilling peut également être envisagé afin de redonner à la poitrine sa beauté originelle. Au final, la technique choisie dépend du choix de la patiente mais aussi des recommandations du chirurgien qui choisira toujours l’option présentant le plus de bénéfices et le minimum de risque de complications pour la patiente.

Devis en ligne gratuit et
sans engagement

phone