Chirurgien esthétique : pourquoi faire confiance à un professionnel tunisien

Une opération de chirurgie esthétique, comme toute intervention, vient avec son lot d’inquiétudes et de craintes. Alors évidemment, le choix du chirurgien esthétique en Tunisie est essentiel car, même si d’autres facteurs entrent en jeu, il est souvent à l’origine du succès ou de l’échec de l’intervention. Pour autant, confier son opération à un chirurgien esthétique en Tunisie est un choix avisé et ce pour de nombreuses raisons. Medicalys fait le point pour vous : formation, expérience, organismes de contrôle. Vous saurez tout sur ce qu’il est essentiel de connaître au sujet des chirurgiens esthétiques en Tunisie.

 

Chirurgien esthétique en Tunisie : une bonne formation

 Contrairement à d’autres pays proposant des séjours médicaux, la Tunisie est un pays qui a su mettre en place une formation à la médecine efficiente et reconnue car elle est, dès le départ, très exigeante. C’est justement cette stratégie qui a permis à la Tunisie de s’imposer au fil des décennies comme un acteur incontournable et fiable du tourisme médical.

 

La faculté de médecine : un premier défi

Si en France, la première année de faculté de médecine est connue pour être très éprouvante et exigeante, il s’avère que la sélection pour faire médecine en Tunisie est encore plus élitiste. Ainsi, en Tunisie, n’entre pas qui veut en première année de médecine ! Et pour cause, au pays du jasmin, la course débute dès l’année du bac. Afin de prétendre à une entrée en faculté de médecine, les étudiants doivent déjà passer ce qui peut être assimilé à un concours.

Concrètement, après le bac, les jeunes bacheliers doivent remplir une fiche de choix (10 options possibles) et, sur la base des notes obtenues au bac, une note est calculée. Ce calcul peut d’ailleurs varier d’une filière à l’autre. C’est ce score qui sera le sésame pour entrer ou non en faculté de médecine. Toutefois, la demande pour cette filière étant très importante, puisque médecin est une carrière cotée et le nombre de place limité à 700 à 800 étudiants (pour 40 à 50 milles bacheliers), les déçus sont nombreux. Ainsi, pour avoir une chance de faire médecine en Tunisie, les étudiants tunisiens doivent obtenir au minimum 14,5 à 15/20 au bac.

 

Le premier cycle d’études médicales : une première approche de la médecine

Les étudiants arrivant en première année de médecine en Tunisie ne sont donc pas là par hasard. Il s’agit dès le départ de la crème des bacheliers, ce qui peut d’ailleurs expliquer l’excellent taux de réussite (75%) à ce premier cycle qui dure deux ans.

Lors de ce cycle, le cursus est globalement similaire à la France. Au cours de la première année, les étudiants vont aborder l’anatomie, la physiologie, la biophysique, la biochimie, la biologie, la chimie, l’histologie, l’embryologie, l’histoire de la médecine, la médecine communautaire, le secourisme, l’anglais, la psychologie et la génétique. 

Lors de la seconde année, les matières au programme sont l’anatomie, la physiologie, la biophysique, la biochimie, l’histologie, l’embryologie, l’anglais, la microbiologie, l’immunologie et la sémiologie. Des cours magistraux, des TD et des TP sont organisés. 

Enfin, cette première phase comprend trois stages à valider : un stage de soins infirmiers de 3 semaines (à réaliser en 1ère année), un stage de médecine communautaire de 3 semaines en 2ème année et enfin un de sémiologie en 2ème année (1/2 journée par semaine pendant le 2ème semestre). 

Là encore, comme pour l’entrée en faculté de médecine, le système est ultra-exigeant et, quelle que soit la matière, une note inférieure à 6/20 est éliminatoire. 

 

Le deuxième cycle d’études médicales en Tunisie : un nouvel écrémage

Pour espérer devenir médecin ou chirurgien esthétique en Tunisie l’excellence est également de mise au cours du deuxième cycle qui dure 5 ans, dont deux années d’internat. Ainsi, au cours des trois premières années, différentes disciplines vont être enseignées sous forme de certificats mono ou multimodulaires. Chaque étudiant doit impérativement obtenir au minimum 10 de moyenne dans chaque certificat : Maladies pulmonaires et thoraciques, Maladies cardio-vasculaires, Maladies du tube digestif, Imagerie médicale, Pharmacologie spéciale, Hématologie génétique, Pédiatrie, Gynécologie-obstétrique, Maladies de l’appareil urinaires etc.

A ces certificats s’ajoutent également des matières à l’instar de l’anglais, la microbiologie, l’anapath, la parasitologie, la pharmacologie, les statistiques, l’informatique ou encore la philosophie des sciences. 

Enfin, au cours de ces trois années, des stages d’externat doivent obligatoirement être effectués : 2 stages en DCEM1 médical et chirurgical, 4 stages en DCEM2 médical, chirurgical, gynécologie et pédiatrie et 6 en DCEM3 médical, chirurgical, spécial, médecine communautaire et médecine légale.

Une fois que les apprentis chirurgiens esthétiques en Tunisie ont franchi cette deuxième étape, il est temps pour eux d’attaquer leurs deux années d’internat. En 1ere année médical, chirurgical et spécial (réanimation, radiologie etc). Puis en 2ème année, pédiatrie, gynécologie-obstétrique et médecine communautaire (au sein de dispensaires et d’hôpitaux régionaux). 

Fidèle à l’élitisme, une fois encore, le choix des stages se fait sur la base du classement des étudiants, en tenant compte de leurs notes en DCEM. Enfin, une fois leur thèse présentée, ils obtiennent le titre de médecin généraliste. 

 

La spécialisation : la clé pour devenir chirurgien esthétique en Tunisie

Le cursus général de formation à la médecine n’est donc en rien moins exigeant en Tunisie qu’en France et il en est de même pour la spécialisation. Les étudiants souhaitant devenir chirurgien esthétique en Tunisie ou gynécologue peuvent passer, au bout d’une année d’internat, le résidanat. Il s’agit d’un concours national permettant d’accéder à la spécialisation : 400 postes sont à pourvoir chaque année dans les différentes spécialités pour 1000 à 2000 candidats. La concurrence est donc féroce et, une nouvelle fois, le choix de la spécialisation se base sur le classement au concours. 

Enfin, après quatre années de résidanat dans les services CHU et après avoir présenté leur thèse de doctorat, les jeunes médecins spécialistes peuvent dorénavant exercer leurs compétences dans un cabinet ou dans la santé publique (sur concours). Quand vous rencontrez un chirurgien esthétique en Tunisie, il a donc forcément franchi avec succès tous ces obstacles !

 

Des chirurgiens esthétiques tunisiens au profil francophone

En matière de tourisme médical, la crainte d’être pris en charge par un chirurgien esthétique incapable de comprendre la demande du patient est souvent prépondérante. Et pour cause, le succès d’une opération repose en grande partie sur la bonne compréhension des attentes du patient par le praticien. Alors, le fait que tous les chirurgiens esthétiques tunisiens parlent couramment français est un véritable atout pour le pays du jasmin !

 

Chirurgien esthétique en Tunisie : des étudiants font le choix de l’international

La grande majorité des chirurgiens esthétiques en Tunisie sont francophones. Et pour cause, une grande partie des études de médecine s’effectue dans la langue de Molière. Toutefois, certains chirurgiens esthétiques en Tunisie, et plus généralement médecins, affichent un français parfait car ils ont fait le choix de l’international pour leur formation. 

Ainsi, de nombreux professionnels de la santé tunisien ont effectué tout leur cursus en Europe, généralement en France, ou une partie, généralement leur résidanat. Lorsque vous envisagez de confier votre intervention de chirurgie esthétique à un praticien tunisien, vous pouvez d’ailleurs jeter un coup d’œil à son cv, dans la majorité des cas disponible en ligne, afin de savoir s’il fait partie des nombreux médecins ailleurs obtenu un diplôme en Europe. 

Résultat ? Quel que soit le parcours du chirurgien esthétique en Tunisie choisi, le patient est assuré de bénéficier d’un professionnel à même de le comprendre sans interprète !  

 

Chirurgien esthétique en Tunisie : une profession très encadrée

Chirurgien esthétique en Tunisie est une profession cotée et reconnue qui attire de nombreux candidats. Alors, afin de maintenir le prestige de cette branche de la médecine, les autorités tunisiennes ont fermement encadré la profession. 

 

L’Ordre National des Médecins : le gardien de la profession 

Une fois son diplôme en poche, un médecin tunisien doit systématiquement s’inscrire à l’Ordre National des Médecins afin de pouvoir exercer son métier. Ce dernier a ainsi vocation à garantir les bonnes pratiques et a pour mission de veiller au maintien des principes de moralité, de probité et de dévouement indispensable à l’exercice de la profession de médecin. Tout médecin qui ne respecterait pas les règles fixées peut donc être dénoncé à l’Ordre National des Médecins qui pourra décider de lui retirer, ou suspendre pour une durée donnée, son droit d’exercer. Concrètement, il s’agit d’un mode de fonctionnement très proche de celui du Conseil National de l’Ordre des Médecins français. La Tunisie s’est donc dotée des organes nécessaires afin d’écarter une potentielle brebis galeuse !

 

La société Tunisienne de chirurgie esthétique : un gage d’excellence

Enfin, pour affirmer encore un peu plus leur professionnalisme et leur engagement à l’égard des patients et de leur profession, les chirurgiens esthétiques tunisiens peuvent adhérer à la Société Tunisienne de chirurgie esthétique. Concrètement, cette dernière, qui a été créée en 2008, est une société savante composée de chirurgiens tunisiens spécialisés en chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique, qualifiés par le conseil National de l’Ordre des Médecins.

Il fixe ainsi à ces derniers des bonnes pratiques et leur impose de les suivre sous peine de se voir exclu de l’organisation. Outre son travail de fond pour pousser les chirurgiens esthétiques tunisiens vers le haut, elle insuffle également un dynamisme à la profession en organisant régulièrement des conférences et des colloques. Elle permet ainsi à de nombreux chirurgiens esthétiques d’accéder aux toutes dernières techniques opératoires.

Devis en ligne gratuit et
sans engagement

phone