Il est très souvent difficile de différencier médecine esthétique et chirurgie esthétique. En effet, les interventions esthétiques sont de plus en plus diverses et la différence est subtile, ce qui peut être donc source de confusions. 

Sans oublier que les chirurgiens esthétiques pratiquent, à leurs tours des actes de médecine esthétique comme les injections d’acide hyaluronique dans le cadre du lifting. 

 

Médecine, chirurgie esthétiques


Sommaire : 

1 - Définitions 

2 - Principales différences

3 - Vers quoi s’orienter ?

 

1 - Définitions :


 

La différence entre médecine et chirurgie esthétiques peut être saisie par leurs définitions respectives. En effet, la médecine esthétique désigne la correction de ce que l’on appellerait un défaut physique, mais sans opération chirurgicale. A contrario, la chirurgie esthétique passe obligatoirement par une intervention. 

Par définition, selon le Syndicat National des Médecins Esthétiques, la médecine esthétique fait référence à l’ensemble des actes visant à prévenir, réparer et corriger des traits peu esthétiques ou considérés comme tels par le patient. Cela concerne surtout les conséquences naturelles du vieillissement.

La médecine esthétique désigne aussi la médecine anti-âge, c’est-à-dire l’ensemble des pratiques médicales mises en oeuvre afin de contrecarrer les effets du vieillissement sur la peau. Elle s’inscrit donc dans un cadre de prévention anti-âge outre le bien-être qu’elle peut procurer en conservant une bel aspect corporel.

La médecine esthétique intervient dans plusieurs techniques et pratiques telles que les injections d’acide hyaluronique, la mésothérapie (introduction sous le derme de faibles doses de médicaments), la pose de fils tenseurs, le traitement de la calvitie via la greffe capillaire, le traitement de l’hyper-pilosité, les traitements anti-tâches, les séances stimulantes de laser pour les impuretés cutanées (cicatrices) ou encore la photomodulation par la lumière LED.

Souvent, les substances injectées sont déjà présentes dans l’organisme et dans la peau mais ont tendance à s’amoindrir au fil du temps. En l’occurrence, on cite l’acide hyaluronique, le collagène et les vitamines.

Néanmoins, la chirurgie esthétique désigne la correction d’un défaut précis et particulier. Cette-ci appartient aussi au domaine de la chirurgie plastique. Elle vise à améliorer l’apparence physique d’une personne via une intervention chirurgicale et concerne aussi bien le visage que le corps. L’opération peut être aussi reconstructrice, en corrigeant une séquelle ou une malformation natale ; son but est donc fonctionnel mais est aussi esthétique en un second lieu. En outre, l’acte doit être mûrement réfléchi puisqu’il implique un changement physique définitif, c’est pour cela que la procédure à suivre est stricte : un délai de réflexion de 15 jours, un entretien avec le médecin anesthésiste, plusieurs consultations préopératoires avec le chirurgien et un suivi avec un psychologue, si nécessaire. Enfin, comme toute opération chirurgicale, elle induit stress, anxiété et angoisse, avec des risques pris et une convalescence postopératoire et une hygiène de vie irréprochable.

 

 

2 - Principales différences :


 

Les principales dissemblances entre médecine et chirurgie esthétiques sont : 


  • La médecine esthétique est plus douce, moins invasive. Elle se limite aux tissus superficiels, évitant ainsi l’anesthésie générale et les lourdes suites postopératoires. En effet, on évite donc l'hospitalisation et on peut directement reprendre une activité normale à la sortie du cabinet. Quant à la chirurgie esthétique, elle nécessite un arrêt maladie minimal de deux semaines, variant d’une opération à une autre.

 

  • Néanmoins, les résultats qu’elle procure sont souvent éphémères et réversibles. C’est pour cela qu’il faut penser à renouveler l’acte régulièrement afin de conserver un aspect optimal. Si l’on prend l’exemple du lifting, ce dernier permet un rajeunissement pouvant aller jusqu’à 10 ans (chirurgie esthétique) alors que l’effet des traitements de la médecine esthétique vont jusqu’à maximum un an.

 

  • En médecine esthétique, l’on requiert plusieurs séances afin d’obtenir un aspect esthétique optimal, alors que la chirurgie ne nécessite qu’une seule et unique intervention, puis des contrôles réguliers.

 

  • La chirurgie esthétique entraine une transformation physique complète alors que la médecine esthétique se limite à l'atténuation de l’affaissement de la peau, des rides, de l’air fatigué et du relâchement.

 

  • La médecine esthétique améliore l’aspect du visage au quotidien et est pratiquée par une grande majorité, alors que la chirurgie reste plus complexe, plus pointilleuse, visant à éradiquer un complexe précis. Elle corrige donc des défauts que la médecine esthétique ne peut corriger à elle seule.

 

  • La chirurgie entraine une grande éviction sociale avec de grandes contraintes pendant la convalescence. Effectivement, il faut attendre une certaine durée avant de reprendre une activité sociale et professionnelle. Alors que, ceci n’est pas du tout le cas avec la médecine esthétique, il suffit juste de prendre ses précautions.

 

  • L’opération en chirurgie engendre des ecchymoses, des zones tuméfiées et des douleurs plus ou moins importantes, qui seront atténuées par des antalgiques et des antidouleurs. Cependant, les suites interventionnelles de la médecine esthétique donnent uniquement une sensation d’inconfort et quelques inconvenances au niveau des zones qui viennent d’être traitées (comme une sensation d’échauffement à l’endroit qui vient de subir un peeling).

 

3 - Vers quoi s’orienter ?


 

Faire le choix entre médecine et chirurgie esthétiques peut s’avérer difficile. Elles ont toutes les deux le même objectif : embellir et rajeunir. Seules leurs pratiques diffèrent ; il faut alors trancher selon les objectifs des patients et les moyens qu’ils comptent investir. La réussite de l’intervention dépend avant tout du praticien choisi, de son expérience, de sa dextérité et de sa précision. En outre, les pratiques prescrites pour certains patients ne sont pas obligatoirement adaptées à d’autres. Pour prendre la meilleure décision et obtenir un aspect optimal, il faut bien étudier la perspective de son visage et l’harmonie de sa silhouette.

Devis gratuit